Laurier-cerise – Une rosacée toxique

J’ai longtemps cru que ce laurier cerise (prunus laurocerasus) était de la même famille que le laurier noble (Lauracées). C’est en fait une rosacée comme la majorité de nos fruitiers (pommier, cerisier, poirier, etc.).

D’usage délicat, cet arbre ne vous rendra pas forcément de service d’un point de vue médical ou culinaire. Vous pouvez néanmoins profiter de l’odeur délicieuse de ses fleurs au début du printemps : une odeur entre le miel et l’amande qui rappelle celle du prunellier. Finalement, dans ce cas, c’est l’odorat qui sera le plus fiable pour l’associer à sa famille.

🍵 Côté médicinal
– antispasmodique, notamment digestif
– stimulant respiratoire
On retrouve sa présence sous forme d’eau distillée des jeunes feuilles dans certains sirop.

🍽 Côté assiette
La chair du fruit serait comestible mais à faible dose et dans certains conditions. Toutefois, la présence d’acide cyanhydrique (odeur caractéristique d’amande amer), notamment dans les feuilles et les noyaux, rend sa consommation déconseillée.